Disparition de Toni Negri

Antonio Negri est décédé, chez lui, à Paris, la nuit du 15 décembre 2023. 

Né en Italie (Padoue) le 1er août 1933, Antonio Negri a été Professeur en sciences politiques de l’université de Padoue. Il donnera, par la suite, des cours à Paris VIII, à l’ENS Ulm et au Collège international de philosophie. Emprisonné en Italie, de 1979 à 1983 – à la suite de son activité politique des années post-68 –, il sort de prison grâce à son élection au parlement italien; il choisit alors de gagner la France où il est accueilli par des amis spinozistes (dont Alexandre Matheron). Il vivra en exil de 1983 à 1997. La sortie de sa semi-clandestinité sur le sol français, date seulement de l’année 1990 ; elle a significativement lieu – sur l’initiative d’Étienne Balibar –, lors d’une invitation officielle au colloque Spinoza au XXe siècle (organisé par Olivier Bloch). Negri donne publiquement, à cette occasion (le 21 janvier 1990 à la Sorbonne), une conférence magistrale sur « L’antimodernité de Spinoza ». Après l’écriture de nombreux ouvrages (sur Descartes politique, Kant, la traduction des écrits en philosophie du droit de Hegel et sur le Marx des Grundrisse), Antonio Negri avait, en effet, lors de son premier séjour à la prison de Rebibbia à Rome (1979-1983) écrit et publié un grand livre sur Spinoza : L’Anomalia selvaggia. Saggio su potere e potenza in Baruch Spinoza (Feltrinelli editore, Milano, 1981) ouvrage qui sera immédiatement traduit en français par François Matheron et préfacé par Alexandre Matheron, Gilles Deleuze et Pierre Macherey (Puf, 1982). L’Anomalie sauvage est, après l’essai (inachevé) de J.-T. Desanti (1956), le premier grand commentaire explicitement matérialiste et marxiste de Spinoza. Non seulement Negri bouleversait les études spinozistes en lisant, chez le philosophe hollandais, une réponse philosophique et politique tout à fait singulière (dans et par sa métaphysique) à la « solution politique absolutiste » qui était alors celle de l’ensemble des pays et des penseurs européens, mais, en mettant au cœur de son commentaire, contre les théories bourgeoises du contrat, les notions de puissance et de multitude, Negri donnait à Spinoza ce « je ne sais quoi de disproportionné et de surhumain » qui allait faire du spinozisme une philosophie pour l’avenir. Ce qu’il allait amplement développer par la suite tant à travers des œuvres consacrées à Spinoza lui-même (Spinoza subversif, Kimé, 1997 ; Spinoza et nous, Galilée 2010 ; Spinoza : Then and now, Polity Press, 2020), qu’à travers des livres « spinozistes » comme Le Pouvoir constituant, Empire, Multitude…

Toni Negri a toujours apporté son soutien généreux et attentif aux études spinozistes et à l’association française des amis de Spinoza. Nous lui consacrerons bientôt un hommage, en revenant plus précisément sur l’ensemble de ses écrits.       

                             Laurent Bove et Pierre-François Moreau

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search