Disparition d’Omero Proietti

Nous apprenons la disparition d’Omero Proietti, professeur à l’Université de Macerata. Ses travaux sur Spinoza et Uriel da Costa avaient fait date dans les études spinozistes, au croisement de la philologie et de la philosophie, depuis son étude fondatrice « Adulescens luxu perditus. Classici latini nell’opera di Spinoza » (Rivista di filosofia neo-scolastica, t. 77/2, 1985). Il avait porté une attention particulière au cercle de Spinoza, et à la présence du stoïcisme latin dans ce milieu comme dans l’œuvre du philosophe.  Il avait établi le texte du Tractatus politicus, dans l’édition des Œuvres de Spinoza publiées aux Puf (2005). Parmi ses publications : La città divisa. Flavio Giuseppe, Spinoza e i farisei (Rome, Il Calamo, 2003) ; «Agnostos theos». Il carteggio Spinoza-Oldenburg (1675-1676) (Quodlibet, Macerata, 2006) ; Variazioni dacostiane. Studi sulle fonti dell’Exame das tradiçoẽs phariseas (eum-Edizioni Università di Macerata, Macerata 2017) ; « Ladinar »dacostiano. Uriel da Costa, Samuel Usque e la « Biblia de Ferrara » (eum-Edizioni Università di Macerata, Macerata 2021).

Nouvelle parution : Jean-Marie Beyssade, Études sur Spinoza

Jean-Marie Beyssade, Études sur Spinoza. Presses universitaires de Rennes, 2023, 147 p. Textes édités par Jacqueline Lagrée et Pierre-François Moreau
Jean-Marie Beyssade (1936-2016) fut professeur à l’université Rennes 1 puis aux universités Paris Nanterre et Sorbonne Université (appelées alors respectivement Paris X et Paris IV). Il fut un spécialiste reconnu de la pensée de Descartes. Mais il a aussi consacré un certain nombre d’études à la philosophie de Spinoza dont il avait entrepris de retraduire l’Éthique. C’est que Jean-Marie Beyssade a toujours recherché les passages et les continuités entre ces deux grands auteurs du XVIIe siècle. Qu’il s’agisse du statut des émotions, de l’amour de Dieu ou de la possibilité du salut, il a su profondément analyser comment Spinoza s’avance sur un chemin inauguré par Descartes pour ouvrir ses propres voies. Mais, outre ce travail d’historien rigoureux de la philosophie, Jean-Marie Beyssade s’est aussi livré à un travail d’interprète-créateur en imaginant des solutions à des problèmes que le système spinoziste posait mais qu’il n’avait pas complètement pensées. Les articles réédités ici sont souvent commentés. Ils sont désormais introuvables : le présent ouvrage les offre à nouveau en les complétant par un texte inédit et par des passages de la traduction de l’Éthique que l’auteur avait entreprise. Ces textes sont présentés et mis en perspective par deux études : l’une de Jacqueline Lagrée, « J.-M. Beyssade entre Descartes et Spinoza », l’autre de Pierre-François Moreau, « Le traducteur au travail ».
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search