Spinoza de cœur et d’esprit

Dossier coordonné par Chantal Jaquet, Pascal Sévérac et Ariel Suhamy

Dans le prolongement du colloque organisé les 3, 4 et 5 juin 2021 à l’occasion des 20 ans du séminaire international de recherche sur Spinoza en Sorbonne, dont l’intégralité des enregistrements est consultable sur cette page, ce dossier publié en ligne rassemble à la fois les contributions des participants désireux de laisser une trace écrite et les textes de chercheuses et de chercheurs spinozistes qui n’ont pas pris part au colloque et qui viennent enrichir la réflexion, en faisant résonner leur voix singulière.

L’objectif est que chacun parle de son « Spinoza de cœur et d’esprit », en exposant ce qui lui tient le plus à cœur dans la pensée de Spinoza, ce qui l’aide à vivre et à penser. Il s’agit pour chacun, d’un côté, de rappeler ce qu’il estime avoir apporté au spinozisme, à son interprétation dans les domaines de l’ontologie, de l’anthropologie, de l’épistémologie, de l’éthique ou de la politique. Mais il s’agit d’un autre côté, surtout, d’exposer ce que Spinoza a apporté à chacun, autant d’un point de vue théorique, en tant que chercheur en philosophie ou en d’autres disciplines (médecine, psychologie du travail, psychomotricité…), que d’un point de vue pratique pour sa propre vie.

Gageons que la publication en libre accès de ces textes, sous forme d’un abécédaire des auteurs à destination du grand public, contribuera à faire de Spinoza un bien commun, encore plus largement partagé.

 

Hommage à Alexandre Matheron

Alexandre Matheron est décédé le 7 janvier 2020, chez lui.

Il a été longtemps Professeur à l’ENS de Saint-Cloud, puis de Fontenay/Saint-Cloud, jusqu’en 1992. Il a formé des générations entières de normaliens à l’étude de la philosophie classique. 

Ses deux grands livres, Individu et communauté chez Spinoza, Éditions de Minuit, 1969, et Le Christ et le salut des ignorants chez Spinoza, Éditions Aubier-Montaigne, 1971 ainsi que les articles réunis sous le titre Études sur Spinoza et les philosophies à l’âge classique, Lyon, ENS Éditions, 2011, l’ont fait reconnaître nationalement et internationalement comme un maître des études dix-septièmistes.

Il a été, après Martial Gueroult, l’un des meilleurs représentants de la méthode structurale en histoire de la philosophie. Son séminaire rassemblait étudiants et doctorants français et étrangers désireux de s’initier à cette méthode.

Son exemple et ses conseils ont été pour beaucoup dans la formation d’un certain nombre de ceux qui ont travaillé au CERPHI, à l’IHPC puis à l’IHRIM. Sa rigueur et en même temps sa grande ouverture au travail des autres ont constitué un véritable modèle pour ses élèves et ses lecteurs.

P.-F. Moreau

On trouvera ci-dessous un dossier consacré à son œuvre, rassemblant un certain nombre d’articles déjà publiés ailleurs.